Mes tendres derniers jours

Cette nuit, j’ai refait le même songe qu’il y a quelques jours, celui de cet homme qui vient à moi, tout de blanc vêtu, d’une beauté aveuglante. Il avait l’air d’être heureux de me voir et semblait me connaître. Pourtant son visage, que j’ai eu le temps d’admirer, m’était étranger. Nous étions assis l’un en face de l’autre et il me demandait de répéter après lui quelques invocations. Je n’y arrivais pas, ma voix ne produisait aucun son ! Il a fait preuve d’énormément de patience, insistant jusqu’à ce que je parvienne enfin à lâcher quelques bribes. Il me faisait répéter syllabe après syllabe sans jamais montrer un quelconque signe d’impatience. Je répétais inlassablement. Lorsque j’arrivais enfin à un résultat satisfaisant, il posa la paume de sa main sur mon épaule droite et me chuchota un secret à l’oreille. Ce matin, je compris le songe !À PROPOS DE L'AUTEURNé à Bruxelles en 1972, fin observateur des us et coutumes qu’il se plaît à retranscrire, souvent sur un ton sarcastique, parfois de manière légère, mais toujours de manière à faire réagir, Ben Ali Saïd est écrivain à ses heures jamais perdues, comme il aime à le répéter. Il s’en donne à cœur joie en racontant, au travers de nouvelles, de textes courts et percutants, des histoires parfois burlesques ou autobiographiques, souvent romancées, mais toujours livrées avec une grande sensibilité.