Les Deux Camelots ou l’Appel aux morts

Les Deux Camelots ou l’Appel aux morts

« Les morts, ce n’est pas nouveau, mettent du liant entre les vivants.Beaucoup sont exigeants : ils ne vous foutent pas la paix du jour au lendemain. Faut pouvoir causer… Ça prend du temps. C’est fonction du relationnel d’avant, de l’état des lieux, du passif… Le frangin, sa casquette et sa sacoche ne sont jamais loin, mise en scène paisible, silhouette recomposée aussi réelle que n’importe quel fantasme. »(Extrait des Deux Camelots)